Coronavirus : La gestion de la crise sanitaire et les conséquences socio-politiques – Partie 2

corona virus

Ecrit par : Fugel Khan
Etudiant, master en science sociale, Université Paris 8, Saint Denis
Photo : Shutterstock.com

READ IN ENGLISH


Une perspective française – 2ème partie

Je t’aime… moi non plus !

Le 17 mars, les confessions d’Agnès Buzyn dans le journal ‘Le Monde’ ont fait l’effet d’une véritable bombe politique contre le gouvernement. Elle a assuré avoir prévenu le président et le premier ministre Édouard Philippe dès janvier de la catastrophe sanitaire qui se profilait.

L’ancienne ministre de la santé, qui a remplacé Benjamin Griveaux, le candidat initial affaibli par un scandale sexuel, pour porter les couleurs LREM aux élections municipales à Paris a affirmé être parfaitement au courant de l’ampleur que prendrait l’épidémie du Covid-19 depuis le mois de Janvier. Mais ces aveux arrivent après l’heure pour ses détracteurs. En effet, certains l’accusent de vouloir sauver sa peau en raison des mesures de précaution inexistantes avant l’arrivé de l’épidémie, d’autant plus que cela arrive à la fin des premiers tours des élections municipales auxquelles elle est arrivée 3ème avec 18 % des voix derrière la maire sortante Anne Hidalgo (PS) à 30 % et Rachida Dati (LR) à 22 %.

Après avoir participé et soutenue la politique du gouvernement face à la crise et une fois les municipales de Paris perdue, elle lâche le gouvernement et reconnaît implicitement avoir volontairement menti aux électeurs lorsqu’elle affirmait que le risque d’une épidémie était nul, que cela ne nécessitait pas de prendre des mesures, il n’était pas nécessaire de fermer la frontière, d’annuler les élections, de commander des masques et des kits de tests. Autant de d’erreur d’analyse dans une seule affaire remet en question la sincérité de cette ancienne ministre. Si on suit le raisonnement de l’ancienne ministre, cela suppose que depuis le mois de janvier les hautes autorités de l’état étaient au courant de l’arrivé de cette catastrophe d’après ce qu’elle dit. Mais aucune mesure n’a été prise. En temps de guerre, il y a une industrie de guerre sans laquelle elle est perdue d’avance, en occurrence il s’agissait d’anticiper les commandes et la fabrication des masques, tests, gel hydroalcoolique etc. Ce mélange de dissimilation de vérité et une incompétence sonne comme une trahison en pleine guerre sanitaire.

Le 18 mars, Edouard Philippe, premier ministre, demande au parlement l’état d’urgence sanitaire, de la suspension du parlement et donc des règles démocratiques, afin de légitimer des mesures exceptionnelle durant cette situation exceptionnelle. Des mesures drastiques dignes de l’utopie Orwellienne ont été prises sans éventuel préavis de fin des mesures. Après une période de test dans quelques villes, la surveillance du confinement par des drones a été généralisée dans les villes. Il y a également eu des traçages de téléphones portables par Orange afin de recenser l’exode des parisiens. Le débat sur le tracking est donc lancé. Plusieurs ordonnance ont également modifiés le droit du travail en favorisant les employeurs qui peuvent demander : de travailler jusqu’à 60h/semaine, de travailler le dimanche, travailler 7 jours sur 7, réduire le temps de repos etc., les secteurs de transports, logistiques, agroalimentaires, énergies et télécom sont principalement concernés.

Les masques et les tests ne servent à rien mais en même temps on n’en a pas !

Le gouvernement n’a pas donné de chiffre sur les masques disponible et les tests. Au contraire, même si je le répète, ils ont annoncé à plusieurs reprises que les masques n’avaient aucune utilité et n’étaient pas nécessaire, tout en demandant aux français qui ont un stock de masques de faire don aux personnels de santé. On parle bien des masques, un état comme la France qui fait parti des meilleures puissances mondiale demande à ses citoyens de ne pas porter de masque et d’en faire don. Comme si le sarcasme n’avait pas de limite, le gouvernement a demandé aux policiers et gendarmes chargé de faire respecter le confinement de ne pas porter de masque. Inutile de vous informer que le nombre de cas de contamination a explosé au sein des policiers, à l’heure actuelle plus de 10 000 policiers sont à l’arrêt pour suspicion de coronavirus. Plusieurs médecins ont succombé du coronavirus étant contaminé dans le cadre de leur travail. Il faut savoir que le dénigrement du masque en Europe a non seulement suscité l’incompréhension, mais également la consternation en Asie et l’appel à ne pas en porter en France si l’on n’est pas malade est vu comme une grave erreur. D’autant plus que pénurie en temps de crise signifie un marché noir, donnant accès aux privilégiés et il y a donc aussi des victimes. C’est ainsi alors que les soignants travaillaient sans masque, dans le 16ème arrondissement de Paris des saisies très importantes de masques ont eu lieu, des saisies de masques ont également eu lieu dans le 1er arrondissement et à Sèvres.

Il suffit de voir les méthodes des états qui sont déjà sorti de cette crise sanitaire, à l’exemple de la Corée du sud, Japon, Taïwan… tous ces états étaient fortement touchés dés février, mais ils ont choisi la méthode de dépistage de masse afin de confiner les porteurs du virus au lieu d’envisager un confinement général, et également le port du masque tout toute la population afin de minimiser les risques de contamination. Certes cette préparation est justifié le fait que ces pays sont d’avantage touché par les épidémies, le port de masque soit un fait culturelle même en temps normal et le respect strict des directives, néanmoins ils ont anticipés sur les dépistages en masse et les masques, ce qui leur a permis de sortir de la crise assez rapidement, ce que n’était certainement pas le cas des pays occidentaux en général.

L’Allemagne qui est l’un des seuls pays d’Europe à s’en sortir mieux que les autres est dans une méthode similaire. D’une part contrairement à la France, ils ont su garder leur industrie qui a eu pour conséquence le maintient d’une forte croissance, d’autre part ils ont anticipé sur le stock de tests de dépistage. En effet, dés le début de la crise l’Allemagne était déjà à 500 000 tests de dépistage par semaine alors que la France peinait à atteindre 50 000 par semaine. On parle également d’étendre ces tests jusqu’à 200 000 par jour d’ici fin avril, cela se fait bien évidemment avec le soutien de leur industries Bosch, Bayer et autres qu’ils ont su conserver. L’anticipation sur cette politique leur a permis d’être en avance sur la France également, le temps qu’on atteigne leur chiffre de dépistage ils en auront certainement fini avec le virus. Le 7 avril, l’Allemagne ne comptait que 1905 décès pour 105,604 personnes infectées, soit un taux de létalité de 1.8% environs, contre 9% en France. Certes par manque de kits de nombreuses personnes n’ont pas été dépisté, ce qui en partie explique un taux de létalité fort en France cela ne suffit pas. En effet le confinement en lui seul ne suffit pas, c’est vu comme une méthode de moyen-âge ou tiers monde par les détracteurs du gouvernement, même si c’est légèrement caricaturé, la méthode de « confinement de masse sans dépistage »est généralisé dans les pays africains ou comme le Pakistan ou l’Inde. Un pays comme la France se devait bien mieux gérer cette situation. Encore une comparaison avec l’Allemagne, en janvier/ février alors que le gouvernement nous expliquait que le risque était nul, qu’il n’y a pas de raison pour paniquer, nous invitait à aller au théâtre et mener notre vie habituelle, l’Allemagne se préparait déjà à la guerre et avait lancé sa production de masques et kits.

Coronavirus : La gestion de la crise sanitaire et les conséquences socio-politiques – Partie 1

Coronavirus : La gestion de la crise sanitaire et les conséquences socio-politiques – Partie -3

Didier Raoult, le savant de Marseille : un gaulois réfractaire, mais guérisseur ou charlatan ?

Alors que le débat sur des masques et des testes n’est toutefois arrivés à sa fin, que voilà un nouveau débat qui divise fondamentalement la communauté scientifique et les grands corps de l’État.

Mais alors pourquoi une telle division radicale sur ce personnage et son traitement ? Alors que dans le fond, cette crise sanitaire commence à se faire long, et tout le monde est d’accord pour en finir avec, peut-il y avoir un conflit d’égo dans les plus hautes institutions d’état?

Avant tout, j’insiste sur le fait que personnellement, je ne suis pas expert dans le domaine de la biologie, médicale ou infectiologie. Il n’y aura donc pas d’avis médical sur le traitement, mais une observation de loin et une analyse de la chronologie des faits dans le but d’apporter un peu de précision et de clarté.

Tout d’abord, Didier Raoult n’est pas quelqu’un sorti de nulle part, il arrive un CV bien garni. À son actif, des centaines d’articles reconnus à l’échelle internationale, une dizaine prix et décorations, il a cosigné plus de 3000 articles. C’est l’un des meilleurs chercheurs en infectiologie au Monde. Il dirige« IHU en maladies infectieuses de Marseille », ainsi que plusieurs centaines de chercheurs dans son centre. Il a fait parti du comité scientifique du gouvernement. Il a découvert et nommé plusieurs dizaines de virus dont deux qui portent son nom ‘Raoultella planticola’ et ‘Rickettsia raoultii’.

Avec le physique de gaulois et comportement réfractaire, ressort le personnage Panoramix d’Astérix, ayant la potion magique qui rendait les villageois invincibles face à l’envahisseur romain.

Le 25 février, dans un communiqué de l’IHU, il déclare avoir trouvé un traitement «très prometteur », qui est la chloroquine, une molécule connu depuis plus de 50 ans contre le paludisme, qu’il a administré à plus de 4 000 personnes, que prennent les européen qui voyagent en Afrique. Le début part d’une base de recherche chinoise qui a vanté le traitement sans faire de communication ni de publication scientifique . Afin de baisser la charge virale il préconise l’hydroxychloroquine, qu’il ajoute en combinaison avec un antibiotique, l’azithromycine. Néanmoins il met en garde les gens contre l’automédication . C’est avec beaucoup de retenues et précautions que sont publiés les communiqués sur le site officiel de l’IHU.

Ensuite, s’ensuit un déferlement médiatique et politique pour un nouveau sujet, en médiatisant l’affaire comme un « remède miracle » alors que ce n’était pas les propos de professeur Raoult. On en parle peu au début, souvent de manière partiel et partial. En effet, les interventions dans les médias étaient souvent par les détracteurs de professeur Raoult, des personnes du milieu hospitalo-universitaires qui n’hésitaient pas à le fustiger, déplore Patrick Pelloux, médecin, écrivain, PDT AMUF. On lui reprochait le manque de méthode et de donné scientifique d’une étude sans protocole. Par la suite, faute d’avoir des scientifiques, BFM et autre, ont même invité des personnes extérieures au monde médical comme Daniel Cohn Bendit qui n’avait d’autre argument que de dire « qu’il ferme sa gueule». Ce traitement dans les médias, était devenu flagrant pour le grand public, qui convertis en adorateur du professeur, ont commencés à se multiplier dans les réseaux sociaux et les médias alternatifs. Dans la même période DonaldTrump, ainsi que d’autre gouvernement ont commencé à vanter traitement. Dans un tweet professeur Raoult déclare que la Chine, l’Iran, les Pays-Bas, la Belgique, la Corée, l’Inde, la ville de New York et la région Lombardie en Italie ont intégrés le traitement dans leur recommandation. D’autre pays ont rejoint a liste depuis, à l’image du Maroc qui a réquisitionné tout le stock d’hydroxychloroquine de l’usine de Sanofi situé dans le pays.

(A poursuivre…)

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale de Multidimension.

Références :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/agnes-buzyn-livre-des-confessions-accablantes-sur-le-coronavirus_fr_5e70b8cec5b6eab7793c6642?utm_hp_ref=fr-politique&fbclid=IwAR3Hma_s12RFTeu_pDfshDJiuKRx5MJN0KxZgsY3IVo-0mSApRut1vJIcRs

https://www.20minutes.fr/politique/2742199-20200317-coronavirus-quittant-ministere-savais-vague-tsunami-devant-reconnait-agnes-buzyn

https://www.20minutes.fr/elections/resultats/paris/paris-75000

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/plus-de-10-000-policiers-actuellement-a-larret-pour-suspicion-de-coronavirus-257-ont-ete-testes-positifs_3892639.html

https://www.lci.fr/sante/video-cinq-medecins-morts-du-coronavirus-en-24-heures-2148908.html


https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/21/le-denigrement-du-masque-en-europe-suscite-la-consternation-en asie_6033926_3210.html?fbclid=IwAR2v41X3grZ2qaWSeWP1wM0W3NIlRdTBYYNK_5WOHF2xRY4AifuZkjsQeCA

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/03/27/saisie-record-de-masques-ffp2-et-chirurgicaux-dans-le-16e-arrondissement-a-paris_6034697_1653578.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2MSEdZtRs3V2UsXQ3QfHs8fF8pdcU6A9MkmI67hsVMW8QH-no1Pw-0cLI#Echobox=1585387663

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/coronavirus-a-paris-les-saisies-de-masques-continuent-y-compris-dans-les-pharmacies-1585048342

https://www.europe1.fr/international/comment-lallemagne-arrive-t-elle-a-mettre-en-place-un-depistage-massif-du-coronavirus-3958830

https://www.huffingtonpost.fr/entry/tests-face-au-coronavirus-pourquoi-la-france-ne-copie-pas-lallemagne_fr_5e81c3c0c5b66149226ad574

By @multidi_mag

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts